Du 26 au 27 mai 2011, s’est tenue à Deauville en France, la rencontre du G8.  Ce forum tient lieu de carrefour où les états les plus puissants du monde  tentent de définir la  courbe de tous les dossiers importants concernant notre planète.  Entre autres sujet, cette année, la question de l’Internet a été à  l’ordre du jour.  Internet a revêtu une telle importance pour le G8 qu’il lui a été consacré à lui seul son propre sommet : le  eG8.

 

Le  eG8 vient d’une initiative du président français Nicolas Sarkozy.  Par ce geste, il a convoqué tous les grands ténors de l’Internet  pour discuter de l’avenir de cet incontournable outil indispensables pour l’avenir de la planète quelques soit l’angle considéré.   C’est dans cet esprit que se sont tenues les assises du  eG8, dans les jardins des Tuileries à Paris du 24 au 25 mai 2011.   Qu’est qui se discutait au eG8? Selon le communiqué de presse  produit à la clôture de ce sommet, « Les deux jours du eG8 ont été l’occasion de débattre et de réfléchir collectivement à un grand nombre des thèmes cruciaux du numérique – allant du soutien à l’innovation, au développement d’Internet, à la liberté des réseaux, de la protection de la vie privée à la lutte contre la cybercriminalité ou la protection des mineurs, et concernant plus globalement la concrétisation des virtualités offertes par le numérique dans des champs aussi différents que l’accélération de la croissance, la création d’emploi, la vie démocratique et l’administration,  l’éducation, l’information, et la santé. »   Du point de vue de la participation les acteurs important de la planète Web ont fait le déplacement où ils côtoyaient les hommes politiques et les dirigeants de grandes entreprises. Les débats tournaient autour de thèmes divers comme

  • L’Internet et la croissance de l’économie
  • Internet et Société
  • Le futur de l’Internet
  • La propriété intellectuelle et la culture économique à lère du numérique
  • Encourager l’innovation : Comment construire le future
  • La transformation digitale : Réinventer les affaires

Cliquer ici pour l’agenda au complet Cliquer ici pour la liste des participants Dans l’ensemble il était question d’une part de promouvoir le développement de l’Internet et d’autre part de préconiser certaines mesures devant le rendre plus  sure  en réfléchissant sur des moyens de possibles réglementations.  Ce dernier point a notamment alimenté les débats entre ceux qui souhaitent une forte réglementation et ceux qui ne voudraient aucune entrave à l’imagination et à l’innovation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.